Samedi 23 septembre 2017

A Taizé, le patriarche orthodoxe Bartholomée appelle à l'unité des Chrétiens

25/04/2017 - 15:28 A Taizé, le patriarche orthodoxe Bartholomée appelle à l'unité des Chrétiens

Le patriarche de Constantinople Bartholomée 1er, qui exerce une prééminence honorifique sur les 250 millions d'orthodoxes, a appelé, ce mardi 25 avril 2017, à l'unité des Chrétiens lors d'une visite inédite à la communauté de Taizé, en Bourgogne, haut lieu de l'oecuménisme européen.

"Le passage du temps rapproche inexorablement les Chrétiens divisés en les faisant progresser ensemble sur le chemin de l'unité", a déclaré le patriarche, qui s'exprimait à l'issue d'une prière commune dans l'église dite de la Réconciliation. Vêtu de la tenue patriarcale noire, le primat de la "Nouvelle Rome", âgé de 77 ans, avait été accueilli par des dignitaires catholiques, protestants et orthodoxes et les frères de Taizé en robes blanches.

"La réconciliation des chrétiens"

Créée en 1940 par Roger Schutz, un pasteur protestant suisse mort assassiné par une déséquilibrée roumaine le 16 août 2005, la communauté rassemble aujourd'hui une centaine de frères catholiques et protestants venus d'une trentaine de pays, avec pour objectif la "réconciliation entre Chrétiens". "Réconcilier revient avant tout à guérir les maux de l'histoire, les cicatrices du temps, les incompréhensions mutuelles, les conflits de mémoire, les haines fratricides", a estimé le dignitaire orthodoxe. "La division entre Chrétiens à laquelle nous entendons répondre en priant pour l'unité des églises est une blessure spirituelle, aux responsabilités partagées - acceptées ou non", a-t-il ajouté.

"Nous avons tellement de richesses à partager (...). Il y a des choses qui nous divisent mais nous pouvons apprendre les uns des autres. Dans un monde où les Chrétiens veulent être vraiment ferments de paix, nous pouvons seulement l'être si nous sommes unis", a estimé Alois Loeser, le frère responsable de la communauté. Applaudi par les fidèles, le patriarche de Constantinople a béni deux icônes avant de traverser le petit village de Taizé, quadrillé par des militaires et des gendarmes, pour aller se recueillir sur la tombe de frère Roger.

Une future rencontre avec le pape

Le dignitaire orthodoxe s'était rendu à Chambésy en Suisse du 22 au 24 avril pour le 25e anniversaire de son élection en 1991 au siège de Constantinople et les cinquante ans de ce centre orthodoxe en pointe dans les relations avec les autres Eglises chrétiennes. Fin mai, il doit rencontrer en Terre Sainte le pape François.

La communauté de Taizé accueille chaque année des dizaines de milliers de jeunes et des familles qui viennent le plus souvent pour une semaine de
réflexion, de prière et de partage, et organise chaque fin décembre une rencontre internationale dans une grande ville d'Europe. La prochaine aura lieu à Bâle, en Suisse.

(Avec AFP)

Hélène L.
retour