Vendredi 19 janvier 2018

Dijon refuse que le siège du Crous s'implante à Besançon : les élus francs-comtois enragent…

21/12/2017 - 10:41 Dijon refuse que le siège du Crous s'implante à Besançon : les élus francs-comtois enragent…

Le 5 octobre 2017, la ministre de l'Enseignement supérieur actait l'attribution du siège du Crous (centre régional des œuvres universitaire) de Bourgogne Franche-Comté à Besançon, agaçant au passage le maire de Dijon François  Rebsamen. Le conseil municipal de Dijon et le Département de Côte d'Or font pression actuellement auprès du gouvernement pour que le Crous revienne à Dijon…ce qui ne manque pas d'irriter les parlementaires de Franche-Comté qui ont écrit au Premier ministre et au président de la République. Le maire de Besançon dit "faire confiance au gouvernement" pour que les engagements soient respectés…

C'est un nouvel épisode dans la guerre "Besançon - Dijon". Non contente d'avoir été nommée capitale de la Bourgogne Franche-Comté, Dijon ne semble pas avoir le sens du partage et souhaite que le gouvernement revienne sur sa décision d'attribuer à Besançon le siège du Crous d'ici 2019.

Qui sera la "capitale étudiante" ?

Le conseil municipal de Dijon a en effet voté une motion le 18 décembre 2017 pour demander au gouvernement de revenir sur sa décision. Idem du côté des élus du département de la Côte d'Or qui ont fait le souhait ce lundi de voir Dijon "Capitale étudiante". Et ça, ça ne passe vraiment pas chez les parlementaires francs-comtois qui ont décidé d'écrire au président de la République et au Premier ministre pour faire part de leur incompréhension (voir lettres ci-dessous). "Cette volte-face constituerait plus qu’un affront à l’ex Franche-Comté et à sa capitale alors qu’une mésaventure de la même nature s’est déjà produite en mars 2016 pour l’implantation du Tribunal de commerce spécialisé (TCS). En effet, la décision de son implantation, pourtant préparée pendant plusieurs mois sur Besançon, a été modifiée en faveur de Dijon la veille de l’annonce officielle. Besançon et la Franche-Comté ne peuvent pas revivre une deuxième fois un tel revirement…"  s'inquiètent d'une même voix l'ensemble des députés francs-comtois. 

Un appel "solennel" au maintien du Crous à Besançon

Les sénateurs ont décidé également de monter au front en arguant que Besançon était le siège du rectorat de région académique et la Comue de l'université de Bourgogne Franche-Comté. "La localisation du siège du CROUS à Dijon constituerait une exception et rendrait donc vraisemblable le transfert à Dijon du siège du rectorat de région. Comme l'exception désormais créée en Normandie amènerait à penser que le siège du rectorat pourrait être à son tour transféré de Caen à Rouen. …" écrivent-ils au Premier ministre et à Frédérique Vial, ministre de l'Enseignement supérieur. "Le Président du CNOUS, Emmanuel Giannesini, a quant à lui confirmé ce lundi lors de sa visite à Besançon, avoir déjà prévu sur le budget 2018 du CNOUS une contribution de 500 000 €" pour la réhabilitation du bâtiment qui doit également abriter la Comue.

Jean-Louis Fousseret souhaite que les engagements soient "respectés"

De son côté le maire de Besançon se veut serein et prône l'équilibre des territoires. "La grande région est composée de pôles d'équilibres territoriaux (…) À Dijon, il y a la Drac; l'ARS, etc. À Besançon, nous avons le rectorat, la Comue de l'université Bourgogne Franche-Comté et par décision du 5 octobre 2017, il a été décidé que le siège Crous y serait également installé…"  précise Jean-Louis-Fousseret. "J'ai pour ma part toujours respecté les décisions d'implantation entre Besançon et Dijon. Je fais entièrement confiance au gouvernement pour que les équilibres et les engagements soient respectés…"

Info + 

Crous Besançon sénateurs publié par macommune
Crous Besançon Dijon Letttre des députés de Franche-Comté publié par macommune

Les signataires

Damien
retour