Jeudi 26 avril 2018

Nordahl Lelandais dans l'étau de ses aveux

31/03/2018 - 10:02 Nordahl Lelandais dans l'étau de ses aveux

Après Maëlys, Arthur Noyer. L'étau se resserre autour de Nordahl Lelandais après les bribes d'aveu arrachées sur son implication dans ces deux morts, tandis que plusieurs disparitions dans la région sont réexaminées à la lumière de son parcours.

Pour la deuxième fois en moins de deux mois, l'ancien maître-chien de 35 ans a reconnu avoir tué. Là encore, lors d'une journée avec un transport sur les lieux où les restes des victimes reposaient.

Dans quelles circonstances est mort le caporal Noyer, 23 ans, dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 ? Rien n'a filtré des déclarations de celui qui a été mis en examen le 20 décembre pour "assassinat", une qualification qui implique la préméditation. Le parquet de Chambéry ne fera aucune communication, en accord avec les juges d'instruction, a-t-il indiqué à l'AFP vendredi. Sollicités, ni Me Alain Jakubowicz, avocat du prévenu, ni Me Bernard Boulloud, avocat des parents d'Arthur Noyer, n'avaient répondu en fin d'après-midi.

En décembre, le suspect niait tout lien avec la disparition du jeune homme, intervenue au terme d'une soirée en boite de nuit dans le centre de Chambéry et alors qu'il cherchait à regagner sa caserne du 13e Bataillon de chasseurs alpins. Puis, confronté à une analyse qui révélait que son téléphone et celui de la victime bornaient en même temps et se déplaçaient à la même vitesse, Lelandais avait reconnu le 5 février "l'avoir pris en stop" dans sa voiture. Cette même Audi qui reviendra dans le dossier Maëlys. Dans cette autre disparition, c'est aussi acculé par la découverte d'une preuve accablante - une infime trace de sang de la fillette dans son coffre - qu'il avait fini par avouer le 14 février l'avoir tuée "accidentellement". Il avait nié farouchement tout rôle dans cette disparition, depuis sa mise en examen début septembre, quelques jours après la tragique soirée de mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère). Dans ce dossier, il est poursuivi pour "meurtre", qui implique une intentionnalité mais pas de préméditation.

Lors de son dernier interrogatoire à Grenoble le 19 mars, il a commencé à fournir "ses explications" sur la mort de l'enfant, dont rien n'a filtré jusqu'à présent.

Recoupements

Avec une, puis deux affaires, où Nordahl Lelandais fait figure de suspect numéro un, de nombreuses familles de disparus veulent savoir si son chemin a pu croiser celui de leur proche. Une cellule de coordination, baptisée Ariane, a été créée mi-janvier au pôle judiciaire de la gendarmerie nationale à Pontoise, pour procéder à des recoupements.

Au parquet de Grenoble, quatre affaires ont été rouvertes: celles de Nicolas Suppo, 30 ans, disparu en 2010 en quittant son travail; de Malik Boutvillain, schizophrène de 32 ans en 2012 à Echirolles; de Stéphane Chemin, 33 ans, disparu en 2012 à Bourg d'Oisans après s'être enfui de l'ambulance qui l'emmenait à l'hôpital; de Georgette Bonnet, 79 ans, partie randonner de La Chapelle-du-Bard, non loin de l'endroit où le crâne du caporal Noyer a été retrouvé.

A ce jour, aucun élément ne vient officiellement étayer une implication de Lelandais dans ces dossiers. Il a été mis hors de cause dans la disparition de la petite Estelle Mouzin, en mars 2003 en Seine-et-Marne.

Damien
retour