Mardi 19 juin 2018

Violences au bowling de Chalezeule : des gens du voyage devant le tribunal de Besançon

04/06/2018 - 18:35 Violences au bowling de Chalezeule : des gens du voyage devant le tribunal de Besançon

Mercredi 30 mai 2018 dernier, un groupe de gens du voyage s'est battu au bowling de Chalezeule avec les employés de ce dernier, en envoyant certains à l'hôpital. Retrouvés par les policiers, les potentiels agresseurs sont passés ce lundi 4 juin en comparution immédiate au tribunal de Besançon. 

Les faits se sont déroulés mercredi dernier. Un groupe de gens du voyage - avec des enfants - arrivé dans l'après-midi, faisait la fête au bowling de Chalezeule, et s'était alcoolisé, selon des sources policières.

Le ton monte, des coups sont échangés

Les enfants étant jugés un peu bruyants pour les employés du bowling, ces derniers ont demandé au groupe de se calmer. Mais le ton est monté, menant à une véritable rixe : trois jeunes hommes d'une vingtaine d'années se sont mis à "frapper tout le monde", dont un client venu s'interposer pour calmer le jeu.

Finalement, les individus ont pris la fuite, tout en tenant d''agripper une enfant et de l'emmener. Les gens du bowling les en ont empêché et les choses se sont arrêtées là. Trois victimes ont été menées à l'hôpital, où elles ont été arrêtées de travail respectivement 2, 4 et 6 jours à cause de leurs blessures. 

Intervention d'une quarantaine de policiers sur l'aire de Chalèze

Le soir même, la BAC a recoupé les informations (direction de la fuite, vidéos surveillance) et a trouvé l'identité des individus mis en cause, rapidement confirmée par les victimes. 

Fortes de cette information, les forces de police sont intervenues vendredi matin sur le lieu de résidence des individus, l'aire de gens du voyage de Chalèze. 37 fonctionnaires de police s'y sont rendus à 6h00 du matin pour appréhender les potentiels coupables, sans incident.

Ils reconnaissent les faits mais estiment ne pas avoir été violents

Les individus interpellés ont reconnu leur rôle dans l'altercation mais estimés qu'ils n'avaient pas été réellement violents. Le parquet, quant à lui, a bel et bien jugé l'acte comme violent (mais sans toutefois reconnaître une tentative d'enlèvement de la fillette). Les trois jeunes ont ainsi été placés en détention provisoire jusqu'à leur jugement en comparution immédiate ce lundi. En fin de journée, ils étaient toujours devant le juge.  

Maxime C.
retour